Décembre 2005. Après un passage mouvementé en avril qui m'a permis de découvrir les hôpitaux de Bangkok, me revoici dans la Cité de Anges frénétiques où je ne fais que passer.

J'attends le Laos avec impatience. J'en attends le calme et la beauté. J'en attends les lumineux univers souterrains. J'en attends la franchise des sourires. La joie régénérante des enfants. J'y suis enfin.

Vang Vieng a à peine changé et je retrouve Vang Geer et Lee Koua, nos amis Hmong, qui nous entraînent en brousse vers le massif de Pha Bong et ses hameaux ruraux où les Phuan Falang éveillent une drôle de curiosité...

De Luang Prabang, nous embarquons sur le Mékong, ce fleuve si long et puissant que le bateau mettra deux jours pour en remonter 200 kilomètres... J'ai des réminiscences de Conrad, période"Au coeur des ténèbres". Je vis un rêve d'enfance...

Retour au tumulte par Chiang Maï. Si les temples sont aussi beaux qu'à Luang Prabang, la sérénité n'y est pas la même. Sans doute faut-il en passer par là pour reprendre mes oripeaux européens...