Finement ouvragé, le petit kiosque doit sûrement d'avoir survécu à la guerre lao-siamoise de 1838 au fait que les textes sacrés étaient écrits en thai.